Abstract

L'adoption des technologies de l'information et de la communication (TIC) est un processus complexe à la croisée des chemins entre les gouvernements, les citoyens et les acteurs économiques. Bien que la plupart des travaux mettent en évidence le rôle prépondérant des systèmes politiques sur l’adoption de ces outils et sur la nature des interactions, les débats restent néanmoins ouverts. Ainsi, l’objectif de cet article est de réexaminer les déterminants de l’adoption du numérique en Afrique, en mettant un accent particulier sur les facteurs institutionnels en utilisant un panel de 54 pays pour la période 2015 à 2016. La mise en oeuvre d’une régression linéaire par la méthode des MCO nous permet de trouver que les pays respectueux des libertés fondamentales (libertés civiles et droits politiques), ont tendance à améliorer leurs taux d’adoption des outils numériques, comparativement aux pays où le système politique est « fort ». Cet article conclut que la réduction de la fracture numérique entre les pays passe par l’amélioration de la qualité des institutions, qui permet en retour aux acteurs économiques et aux citoyens de bénéficier des gains de productivité et des économies d’échelle.

How to Cite
CLEMENCE ZITE, PILAG KAKEU CHARLES BERTIN, TSAKOU GEORGES NAZEL, PATRICK BAMBO ANGE LIBONGI, Kouhomou. Les Déterminants Institutionnels de l’adoption du Bumérique en Afrique. Global Journal of Human-Social Science Research, [S.l.], aug. 2020. ISSN 2249-460X. Available at: <https://socialscienceresearch.org/index.php/GJHSS/article/view/3298>. Date accessed: 26 sep. 2020.